mardi 30 novembre 2010

Le givre, le râteau et la masochiste

"Qui sont les anorexiques?"

Hein, quoi, euh, pas taper, je vous jure, c'est pas moi.

5h30, la radio s'est mise en marche. Réflexe immédiat: donner un grand coup dedans. Et se rendormir aussi sec.

Ah mais non, c'est vrai. Debout, la fainéasse. Y'a entretien aujourd'hui. Et dire que je suis une vraie marmotte... On n'a pas des vies faciles, je vous jure.

Je suis en mode radar mais j'ai bien compris que 1/ je vais me geler dehors; 2/je vais devoir gratter le pare-brise; 3/je teste la part masochiste qui grignote chaque jour un peu plus la moindre parcelle de mon esprit malade. Faire tout ça pour savoir pertinemment que ce poste ne sera pas pour moi, ça confère un rien au pathologique.

Bref.

Mes sens sont plus aiguisés que je ne l'espérais, cela dit.

A 6h32, je goûte le thé brûlant, décidant que mon palais souffre pour la bonne cause et que j'aurais bien besoin de quelques litres pour attaquer la journée à fond.

A 6h48, je sens bien le contact frigorifique du volant et du givre sur mes mains - malgré les gants.

A 7h02, dans le tram, je sens bien que le monsieur à côté de moi s'est réchauffé, et pas avec du café.

A 7h18, j'entends bien les soupirs de la dame à la presse de la gare, répétant d'une voix lasse le prix des journaux qu'elle encaisse.

Et dans le train, je vois tout de suite le monsieur physiquement intelligent installé assez idéalement, pour que je le mate en douce (ben quoi, une fois le Libé terminé, faut bien trouver quelques occupations). Je crois que je le mate en douce, mais en fait, non, en témoigne son oeillade de retour... dans un miroir. La tuile. Allez, j'abats mes cartes, je la joue complice. En plus, j'ai ma panoplie de tueuse, j'ai tout, j'suis crédible.

Râteau. La nana en face de lui n'est pas juste une voyageuse assise par hasard. C'est celle qui accompagne la bombe. Son officielle, quoi.

Oups.

Bon, on peut pas toujours être au top, pas vrai... Mais aujourd'hui, je dois me persuader du contraire, je suis une killeuse. Ce rendez-vous, je le conçois comme un entraînement, je me suis donc mise dans la peau de la candidate parfaite (ah ah). Ce poste, il est pour moi...

A suivre...

4 commentaires:

  1. Yesss, il est pour toi ! Tu as fait le nécessaire, tout va bien.

    Bises, la Mouette.
    Thierry

    RépondreSupprimer
  2. Non mais l'oiseau, comment peux-tu savoir que j'ai fait le nécessaire, t'as pas encore lu la suite?;)

    RépondreSupprimer
  3. Bon, la girouette est de retour ? t'es en pleine forme, là....

    RépondreSupprimer