lundi 4 avril 2016

Du syndrome schizo...

Petit souci technique, vendredi. Le grossiste, que j'avais sollicité pour m'imprimer de jolies cartes de visite, n'est pas enclin à le faire. Ou en tout cas a-t-il un doute sur mon activité.
 
"Bonjour", dit la voix sur la messagerie", nous sommes un grossiste pour métiers des arts graphiques et de la communication et à ce titre, vous ne pouvez pas, a priori, bénéficier de nos services."
 
 
Il est beau, non, mon logo? Merci Ivan Loncle!
 
Je rappelle la dame, tombe sur une collègue à qui je résume l'histoire, en expliquant que je suis certes pâtissière - peu de doutes lorsque l'on a sous les yeux mon logo - mais aussi journaliste et travaillant dans la com. Et là, avec l'air le plus dédaigneux possible, la dame au bout du fil me balance:
 
"Mais enfin, comment peut-on être journaliste et pâtissière?"
 
On peut, madame, on peut.
 
...
 
Bon, comme elle n'avait toujours pas l'air convaincu, je lui ai fait remarquer que la vie était longue.
 
Pas sûre que cet argument ait pu résonner davantage dans son esprit très... français.
 
Bah, ce ne sera ni la première, ni la dernière, j'imagine :)

vendredi 1 avril 2016

Ceci n'est pas un poisson d'avril (où le teasing prend sa fin)

Un ciel bas, gris.
 
Un nouveau regard vers la fenêtre. Non, le temps ne se lèvera pas, ce jour-là.
 
Je suis dans ma cuisine. Je prends le téléphone, j'appelle une amie. Je lui annonce que, finalement, mon affaire ne se fera pas. Un rien philosophe, j'ajoute que ce n'est sans doute pas le moment.
 
...
 
Et que c'est probablement un mal pour un bien (on se console comme on peut).
 
Je raccroche. Je crois que j'ai les yeux un peu humides. Une histoire de deuil, à vivre, après près d'une année à monter mon projet.
 
...
 
Oui, je me souviens très bien de cette journée. De ce ciel plombant, de ces sentiments mitigés qui m'ont alors traversée de toutes parts.
 
J'étais dans ma cuisine... Au Mans. J'ai pris le téléphone, appelé une amie. En pensant que, un jour, sans doute, cela finirait par arriver. Que je monterais ma boîte.
 
Il a fallu du temps. Nous étions en 2010. Ce projet que je porte aujourd'hui, je l'avais déjà à l'époque. Il n'était pas dessiné de la même façon. Je crois aussi que je n'étais pas tout à fait la même.
 
Six années ont passé et enfin, les doutes, la peur, le pessimisme ont laissé la place à l'espoir et à l'envie d'entreprendre, plus que jamais.
 
Mes propres freins se sont dissipés.
 
Sans prendre aucune drogue, promis.
 
 
Confectionner des pâtisseries pour les particuliers et les pros, donner des cours culinaires aux petits et grands, et garder un pied, aussi, dans la communication, voire, ô espoir, dans le journalisme, tel est le programme que je me suis concocté.
 
Depuis un mois, je vis jour et nuit au rythme de cette aventure. Elle me porte, me transporte, m'exalte. Où me mènera-t-elle? Je n'en sais rien.
 
Et vous savez quoi? J'ai juste envie de vivre le moment présent.

Le reste suivra.
 
 
 

vendredi 25 mars 2016

L'aventure est en marche!

Alors, vous croquez?
 
 
Eh bien voilà, nous y sommes!
 
Envies, souvenirs, besoins, passions, rencontres, chiffres, j'ai tout mélangé, secoué, trituré...
 
Ceux qui suivent ce blog depuis très, très longtemps le savent. Ce projet, je le porte depuis 7 ans. Il a pris mille visages. Aujourd'hui, il reflète vraiment ce que j'ai envie de vivre, de partager.
 
Il évoque la gourmandise, le partage, l'aventure, aussi.
 
Je vous présente mon bébé.
 
 
Si vous l'aimez, vous pouvez y participer. Votre geste peut être financier, ou pas. Le relayer, ici ou là, c'est aussi très chouette et j'espère que cela suffira pour atteindre mon objectif et lancer ce petit bout de moi qui n'attend que ça!

lundi 21 mars 2016

Financer les Bouchées Douces? C'est possible!

Vous voulez en goûter? Ce sera bientôt possible, si si!
 
 Vous vous souvenez de mon poisson d'avril qui n'en est pas un... Eh bien, le 1er avril marquera la naissance de ma petite entreprise...
 
Les Bouchées Douces!
 
Oui, j'anticipe un peu, j'avais écrit que je ne dévoilerai pas le projet avant cette date.
 
Au programme, de la confection de pâtisseries artisanales, pour les particuliers et les pros, mais aussi des cours de pâtisserie et de cuisine. Je vous en reparle très vite, bien sûr, dès que je sors ma tête des chiffres et derniers détails...
 
L'autre nouvelle, c'est que, dans quelques jours, je lance un financement participatif pour permettre aux Bouchées Douces de partir sur les meilleures bases possibles!
 
Je vous en dis plus très vite... Restez connectés!!

dimanche 20 mars 2016

L'invention d'une vie

Vendredi matin, 7h du mat', le nez dans ma crème citron (c'est une image, je vous rassure), je me suis dit que je ferais bien d'aller me recoucher. J'avais lutté, mais la crève l'avait emporté sur ma résistance. Sans cette tarte au citron à préparer, j'aurais pris un peu de rab sous la couette, rien que pour reprendre quelques forces.
 
Car j'avais deux rendez-vous qui me tenaient à cœur, ce jour-là, extrêmement importants pour la suite des opérations. L'après-midi, j'allais à la chambre des métiers faire mumuse avec les chiffres pour déterminer mon prévisionnel. Le truc un peu sérieux, vous voyez le genre, où il vaut mieux être en forme.
 
Ce qui n'était pas mon cas, vous l'aurez compris.
 
Pas le choix.
 
Il restait donc le rendez-vous matinal. Y renoncer? L'idée a traversé deux secondes mon esprit embrumé mais un je ne sais quoi m'a poussé à maintenir mon programme.
 
Peut-être l'idée d'aller, enfin, rejoindre les rangs de la cuisine partagée, cette structure nantaise qui permet de travailler dans un vrai labo à plusieurs.
 
Là, le pilou spirit qui revient parfois a tenté une incursion envoûtante en me proposant le chemin confortable de la couette. J'ai dit, "non non, j'y vais, ce sera une question d'une heure, et puis d'abord, je t'ai pas sonné, monsieur pilou."
 
...
 
Le pire, c'est que je n'avais pas de fièvre (je m'inquiète, parfois, quand même, sur l'état de mes neurones) (bref).
 
Donc, ma crève, mon regard de zombie et mes mouchoirs, nous sommes partis.
 
J'ai pensé que ça risquait de faire beaucoup de monde, mais j'imaginais aussi que, dans leur grande bienséance, mes hôtes accepteraient de prendre tout le pack.
 
En arrivant, j'ai eu comme un doute. La réunion avait déjà commencé alors que j'étais ponctuelle... Avais-je loupé un épisode?
 
Catherine, la responsable du lieu, m'accueillait chaleureusement, m'expliquant que la réunion prévue ne commencerait qu'une heure plus tard, mais que là, y'avait des gens qui faisaient un tour de France.
 
Un tour de France? Intriguée, je rejoignais le groupe, jouant à la petite souris pour ne pas interrompre la discussion. Raté. Vous voyez, ces personnes vous saluent en vous voyant. Oui, ils sont du genre courtois et avenant.
 
J'ai plus toujours l'habitude, je vous avoue, alors ça m'a fait bizarre.
 
S'en est suivi un tour de table et l'occasion de mieux connaître chacun de ces êtres autour de la table. Il y avait donc Catherine, mais aussi Frédéric, son frère -lui-même fondateur du projet de cuisine partagée - Caroline, jeune entrepreneuse dynamique et créatrice de granolas-qu'ils-sont-trop-bons. Et, en face, le stylo à la main, un couple, la soixantaine dynamique, dont la tenue de randonneurs m'a quelque peu interpellée.
 
Je ne savais pas alors qu'Anne et Patrick parcouraient les régions de France à pied. Et que c'est forcément plus pratique en veste Quechua qu'en tailleur ou costard, on est d'accord.
 
Après nous avoir écouté attentivement, ils nous ont expliqué leur démarche. Ce couple d'entrepreneurs a eu une drôle d'idée: parler de l'humain dans l'entreprise. Prendre ce facteur en compte et décortiquer le fonctionnement de tout ça.
 
Lui venait des "sciences dures", comme il s'en amuse, elle, silhouette à la fois frêle et tonique, s'était déjà attachée depuis un moment à l'être humain dans le monde du travail. Conscients des changements de paradigme (special tribute to Albert, dont c'était le mot favori. Mais je m'égare), ils ont eu envie de comprendre comment marchait la coopération entre les êtres.
 
Et c'est ainsi qu'ils ont décidé de partir un mois plein, trois fois par an, dans diverses régions de France, afin de rencontrer les citoyens, entreprises et acteurs de cette fameuse coopération, pour, ensuite, en définir les ressorts communs.
 
Là, j'ai cherché la caméra. On serait pas en plein épisode II de Demain, là?
 
Histoire de pimenter la chose, Anne et Patrick ont choisi de réaliser ce parcours à pied, privilégiant ainsi la lenteur pour mieux assimiler la tonne de données qu'ils sont en train d'amasser. Voilà comment est né, le 1er mai 2015, "l'observatoire de l'implicite", lui même produit de l'institut des territoires coopératifs, lui-même, fruit de l'imagination d'Inovane... la boîte de nos aventuriers.
 
En mars, ils ont entamé leur marche par les Pays de la Loire et c'est ainsi qu'ils sont arrivés à Nantes, dans ce quartier, pour écouter les acteurs de cette belle aventure qu'est la cuisine partagée, où les jeunes entrepreneurs de la restauration viennent fabriquer leur production. Mais pas que.
 
Le truc magique, qui a même relégué ma crève au rayon des "on verra plus tard", c'est qu'ils ont su réveiller en nous l'introspection nécessaire à tout projet. Car, après tout, dans un monde où le burn out devient monnaie courante, où la maltraitance de certains employés semble normale, où une scrogneugneu de banquière ose vous dire que lorsqu'on a un CDI, on s'accroche (si, si, une telle femme existe et a osé. Je ne m'en suis toujours pas remise), bref, dans un monde où la chair est souvent considérée comme faible, qu' est-ce qui pousse certains êtres à aller chercher, plus qu'une activité, un lien avec les autres?
 
Alors, on a parlé, chacun, de la raison d'être de notre projet, de notre objectif, de notre motivation profonde, des critères de réussite, de nos valeurs et croyances. Je me suis entendue dire que je voulais "inventer ma vie." Que je voulais favoriser l'être au faire, rester fidèle à mes convictions. Avant d'ajouter que, plus que jamais, le plaisir et le partage étaient mes moteurs et que la cuisine et la pâtisserie constituaient un (beau) prétexte à l'échange.

J'ai pu me livrer ainsi sans craindre les habituelles réflexions, les regards perplexes de certains esprits bien rationnels qui ne voient en mon aventure qu'une utopie de plus, dans un monde qui n'aurait pas besoin de rêver.
 
J'ai senti en moi tellement d'émulation que je suis repartie de là avec une énergie inimaginable au vu de mon état larvesque du matin.
 
Autant vous dire que pour les détails techniques de la location du lieu, je suis repartie quasi bredouille. J'étais venue voir de l'inox... j'ai vu de la chair.
 
Peu importe. Et au contraire, même. Vous savez quoi? Je crois que le ressort de la coopération, c'est le supplément d'âme que l'on peut mettre dans sa vie professionnelle.

Ou dans sa vie tout court, d'ailleurs.
 
PS: Anne et Patrick me pardonneront, j'espère, les raccourcis que j'ai osés quant à leur initiative, bien plus complexe et enrichissante que peuvent le laisser supposer ces quelques lignes. Vous pouvez suivre nos deux marcheurs ICI. Et l'arroseur étant souvent arrosé, si vous doutiez de mon état de zombie, voyez LA (où il faut savoir faire taire son ego, parfois).

jeudi 10 mars 2016

Ceci n'est pas un poisson d'avril (prologue)

Le 1er avril, je vous dévoilerai tout.
 
Je sais, rien que la date prête à la confusion, Loulou m'ayant nonchalamment fait remarquer que c'était le jour des poissons d'avril. Et pourtant, je n'ai jamais été aussi sérieuse (enfin, presque. Je me souviens avec nostalgie de mes journées passées dans les hémicycles, où j'aurais pu tracer la ride du lion qui se creusait au fil des heures sur mon front, à écouter au premier degré ces politiciens, sans penser alors que j'assistais en fait à un pestacle de clowns) (naïve que j'étais) (Bref).
 
Petit, gros indice, même, je crée ma micro-entreprise, laquelle sera donc officielle ce 1er avril. Pour le nom et les détails, vous me permettrez de vous faire patienter, que dis-je, languir. Bon, j'admets que la présentation d'un specimen physiquement intelligent pourrait vous permettre de me faire parler davantage.
 
Vous avez ça en stock?
 
Non?
 
Bon, donc vous attendrez le 1er avril.
 
Mais je vous promets qu'il y a du lourd.
 
Et voilà que la mouette s'emballe encore... Ou pas. Disons que je faisais moins la maligne en début de semaine. Engluée dans une angoisse primaire liée à un statut précaire, perdue dans un désœuvrement sans fin, je me suis fait quelques films. Mais flippants, les films. Du genre, "madame, tu vas aller vivre bientôt sous les ponts, mais réjouis-toi, le printemps arrive, tu ne mourras pas d'engelures...
 
Juste de faim."
 
Tentant de surpasser ces idées un rien funestes, je suis partie à la chasse aux opportunités, persuadée que cette débauche d'énergie me permettrait de voir le jour, là, pas loin. C'est alors que j'ai frôlé le double homicide en envisageant l'étranglement radical d'une dame-de-la-banque-moraliste, et d'une non moins radicale pendaison (de moi-même.)
 
Vous voyez le genre.
 
Pourtant, contre toute-attente, mon moral, alors passé sous les -70° (au moment de la pendaison envisagée, je crois) est remonté en flèche pour m'offrir un pseudo-état de sérénité, propice à avancer.
 
A la faveur d'une rencontre majeure, me voilà sur tous les fronts, à aller chercher du devis, cibler mes futurs clients, contacter les fournisseurs, prévoir le plan de financement...
 
J'en oublierai presque que ce 1er avril correspond aussi... à ma fin de droits. Sacrée coïncidence, n' est-ce pas?

J'ai perçu une certaine ironie du sort, ce soir, en passant, sans l'avoir prévu, devant le restaurant que j'ai quitté voilà près de deux semaines maintenant. Quelle opportunité, finalement, d'avoir pu fermer cette porte-là, pour en ouvrir une autre qui, malgré les angoisses et autres envies de meurtre (!) passagères, m'offre un chemin unique.

Un chemin à la fois inconnu et familier, une voie improbable et réjouissante que je construis chaque jour à mon échelle. Et qui verra ses premiers fruits au 1er avril...

mercredi 2 mars 2016

L'art de jouer au kangourou

N' est-ce pas ironique, lorsque l'on a suivi des années durant des matchs de basket, lorsque l'on s'est passionné à ce point pour la balle orange, d'entendre en permanence qu'on va... rebondir?
 
Avec mon côté éponge émotionnelle, je me demande si je ne ressens pas un peu d'empathie pour cette balle, malmenée, secouée, balancée, parfois bloquée dans le cercle... A moins que je fasse un transfert, tout simplement et que je me sente ainsi, souvent en l'air, ballotée de ci de là, sans véritable direction?
 
Bref, toujours est-il que pour mon premier jour de chômage, lundi (enfin, premier, depuis quelques mois, j'ai désormais un peu d'expérience en la matière, hum), je me suis réveillée avec une sacrée gueule de bois. Les images de mon départ du restaurant, vendredi soir, me sont revenues en pleine face.
 
Au moment de quitter les lieux, la boss, visiblement désolée, m'a ainsi offert une coupe de champagne. Amusée d'avoir finalement mon pot de départ, je me suis tournée vers le chef, pour trinquer. Il m'a regardé, osant la phrase fatale :
 
"-En fait, tu étais au point, là."
 
Vous avez dit incongru?
 
Depuis ce moment, j'avais joué l'évitement. Mais la réalité est palpable: lundi matin, je me suis levée tôt, certes, mais pour préparer le petit déj de Loulou. Certes, j'avais le choix de faire corps avec ma couette, sitôt son départ au collège.
 
Mais, je sais pas, une histoire d'urgence (tic tac, la fin de droits, tic tac, l'insécurité finale, tic tac...) m'a assez facilement convaincue de rester debout, et digne.
 
Depuis, j'ai l'impression d'être rentrée dans un nouvel espace-temps, où chaque minute passe beaucoup trop vite au vu de tout ce que je veux faire. Il se passe des choses, les zamis, il se passe des choses... Hier, par exemple, j'ai repris mes notes, mes cahiers griffonnés de plein d'espoir et d'envie et j'ai présenté le tout à un monsieur, comme à la bonne vieille époque où j'allais défendre mon macaron rose.
 
J'ai senti l'énergie monter comme la température d'un caramel ambré, et j'ai loué cette magie du kangourou, celle qui nous permet justement de rebondir, quelle que soit la nature accidentée du terrain.
 
Il est trop tôt pour en dire plus et je garde quelques biscuits pour la suite, parce que, comment vous dire, je commence à être un rien échaudée. Mais j'ai l'espoir que ces sauts me donnent suffisamment d'impulsion pour avancer, enfin, vers là où je veux aller.