dimanche 20 juin 2010

Travail = santé, qu'ils disaient

Gros week-end festif: j'ai passé une bonne trentaine d'heures sur mon canapé, depuis vendredi, les doigts quasi-collés au clavier à force de taper des milliers de signes.

Heureusement, je me suis accordé des breaks: à défaut de m'habiller (avec une vraie tenue, je veux dire, j'étais pas en culotte non plus, je vous rappelle que nous sommes en plein hiver), un rien de popotte légumineuse, une vaisselle et un lavage de dents après chaque repas, un bon tour d'aspirateur et même un brin de ménage, de ci de là, pour me distraire. Et éviter les escarres.

Un moment, j'ai même passé la porte d'entrée. Je l'ai joué roots : j'ai enfilé mes petites chaussures à talon, mais gardé ma "tenue d'intérieur" (ah ah), qu'un gilet à la Thérèse aurait bien complétée, quand j'y pense.

Pour aller sortir la poubelle.

...

Pff. Boulot de psychopathe.

3 commentaires:

  1. Le gilet à la Thérèse, tu veux dire? Ou le week-end terriblement épanouissant à la gloire du labeur?

    RépondreSupprimer