mercredi 31 mars 2010

Le blanc

J'y arrive pas. J'y arrive plus.

Relativiser, prendre du recul, adopter une attitude positive, sourire, espérer, croire aux lendemains qui chantent, arrêter de s'écouter...

Je sais tout ça.

Je sais que rien ne sert de rester ainsi à ruminer.

Loin de moi l'idée de m'apitoyer sur mon sort. Oui, il y a toujours pire. Oui, tout est question de point de vue. Simplement, je n'ai jamais triché sur ce blog, jamais cherché à cacher mes états d'âme et je me retrouve face à une question: dois-je vraiment tout raconter? Est-il décent de se mettre à nu, pour regretter ultérieurement ce moment de vulnérabilité?

Non.

Pourtant, comme je n'aime pas délaisser cet espace, je tenais juste à expliquer ce silence, même si, sincèrement, j'ai hésité à publier ce message. Alors, retenez seulement que cette bafouille n'est que le reflet d'une réalité à l'instant T.

Et que, sans doute, ça ira mieux demain.

Il serait vain, décidément trop impudique et ennuyeux de revenir sur les émotions qui me traversent actuellement. Je n'ai pas la force, voilà tout. Je ne sais plus où j'en suis. Je ne sens plus rien, je n'ai plus envie, je ne vois que du noir.

Et pour contrer cette noirceur, rien ne vaut un blanc.

6 commentaires:

  1. Je t'embrasse, la Mouette. Fort. Parce que je connais ça. Rien à dire de plus, accroche-toi comme tu pourras. Ne te laisse pas glisser, surtout.
    Courage, autant que tu le peux.

    RépondreSupprimer
  2. Il arrive souvent que dans les moments les plus noirs de la vie quelquechose d'inattendu donc d'inespéré survienne et change tout. QUe la lumière soit de retour et pas au bout du tunnel...Le courage et la persévérnace sont ta force. Tu l'as déj)à prouvé maintes et maintes fois depuis cette première fois ou tu as décidé de prendre ton envol pour l'indépendance "affective".Gros bisous -

    RépondreSupprimer
  3. Peut-être que des petites mains tendues ici et là te pousseront vers du gris, en attendant mieux... Rappelle-toi que par ici c'est possible si tu le souhaites. Bises

    RépondreSupprimer
  4. Courage...
    Je ne peux rien dire d'autre.
    Mais exprimer tes états d'âme, ici ou ailleurs, ça peut aussi te faire du bien, si tu en ressens le besoin!

    Et nous savons tous (enfin, moi je sais) que ce n'est qu'un passage à vide, comme on en traverse parfois.

    Courage! :-)

    RépondreSupprimer
  5. Merci à vous pour ces mots qui me touchent. Les larmes se sont taries, je cherche encore la voie vers l'éclaircie mais je ne veux pas rester dans cette grisaille. Et ça fait du bien de savoir qu'on n'est pas (tout à fait) seule. Alors, merci, encore à vous...

    RépondreSupprimer
  6. Deux petites mains de plus à ajouter à toutes celles qui se tendente pour sortir de là : les miennes. Désolé d'être en retard mais j'avais mon propre noir ces trois derniers jours.

    Bises, la Mouette.
    L'oiseau

    RépondreSupprimer