dimanche 14 mars 2010

Les sables mouvants sont-ils rock and roll?

C'est l'heure de notre rendez-vous "spécial requêtes en tout genre" ou comment les internautes débarquent ici. Et depuis un mois, je peux vous assurer que le logiciel de stats a enregistré quelques perles. Classons-les par thèmes - oui, j'écris "nous" pour parler de moi, j'ai pris le melon ce week-end. C'est n'importe quoi. Passons.

La requête pratique

" Commencer par des choses basiques puis se lancer"
" Comment affronter les hypocrites"
" Etre rock and roll"
" Frôler cuisse grassouillette"
" Salaire d'un poubellier au Havre"
" La signification de la poudre aux yeux" (et sa déclinaison: "pôle emploi de la poudre aux yeux", je dis ça, je dis rien, je ne fais que retranscrire, bien sûr)

A priori, ces éléments ont autant de rapport entre eux qu'une choucroute avec un plat à tajine et pourtant, je dois convenir que tout ça me rappelle des choses vécues. Mention particulière à "frôler cuisse grassouillette", que j'aurais tout aussi bien pu classer dans la catégorie suivante.

La requête du boulet
" Une fille nue dans le sable mouvant"
" Cuisine-toi"
" Il faut exécuter cette forçat"

Y'a encore du gars qui réclame un "stritease", ou cet autre qui veut savoir si je cuisine nue (je ne peux me passer de mon tablier, sorry). Visiblement lassés de ne pas voir leur désir se concrétiser, les types perdent patience et veulent ma peau. Ouh, j'ai peur.

La requête "va t'acheter un dico, un bled et des neurones"
" Comment avoir des idées pour faire avoir quelque chose"
" La dexripssion de Cosette"
" Ques qui aime les cafards"
" Sexy or mignon or craquant or viril or charmant, homme ou mec chéri barbu or "mal rasé" or "bien rasé"

Déjà, celui qui s'interroge sur le comment du pourquoi pour faire avoir, je m'inquiète pour son cas. Pas gagné. Je ne pense pas qu'il soit très judicieux de conseiller la lecture des Misérables à cet autre qui réclame une "dexripssion" de Cosette. Enfin, la dernière requête, si elle résume bien le concept du garçon physiquement intelligent, n'est guère concise, vous l'admettrez volontiers.

La requête du curieux
" L'homme qui mange l'homme"
" Un homme mange une mouette et meurt"
" Histoire débile à raconter"
" Drôle de bêtisier"
" Anecdotes sur les sables mouvants" (et son "piège à loup sable mouvant")

Celui-là, il veut rêver. Lire des histoires extraordinaires, visiblement. On appelle ses passages sur ce blog des "visites à rebond": genre, il vient deux secondes et déguerpit aussi sec, conscient qu'il ne trouvera pas son bonheur ici (quoique, pour les histoires débiles, y'a moyen de le contenter). Concernant l'homme qui mange une mouette et meurt, je tiens à signaler une chose : on ne répertorie aucune perte, actuellement, parmi les messieurs krès krès méchants qui m'ont agacée.

La requête existentielle
" Fais jaillir la vie "
" Qu'est-ce que tu vas faire maintenant "
" Pourquoi c'est interdit de rire "

Alors là, on touche pleinement à mon état du moment. Petite précision, quand même. Pourquoi serait-ce interdit de rire? On est sur un blog, ici, un espace de liberté, et même si certains veulent achever la forçat, c'est pas le bagne non plus, oh!

3 commentaires:

  1. Zut, j'ai pas pu m'empêcher ! J'ai rigolé tellement fort que j'ai réveillé Monsieur l'Homme, qui m'a grognonné en ursidé un truc du genre "gnèsskecé" ? - mais s'est rendormi avant que j'aie fini la lecture du post, manifestement assommé par sa dure journée de labeur dominical (oui, ce gars là se repose....en bossant. Y en a des comme ça.)
    Cru entendre un vague "cinglées.....", mais chez lui c'est juste un aveu d'impuissance à décoder le féminin, ça veut rien dire.
    Demain, il rigolera bien, dès son troisième café.
    Moi j'avoue, j'en chiale de rire.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai attendu d'avoir dormi et d'être (relativement) en forme pour apprécier tout le sel de ce post et j'avoue que je suis secoué de spasmes nerveux, que j'ai les yeux humides et mal aux cotes. Bref, je ris.

    Bises, la Mouette.
    Thierry

    RépondreSupprimer
  3. Bon, je ne savais pas que vous étiez si bon public, mais enfin, tant mieux; comme quoi, ça aide de manger un clown (pas facile à digérer, en revanche, c'est un peu gras, le clown). Ou plutôt, d'avoir autant de requêtes improbables...

    J'espère que monsieur l'homme me pardonnera... ;)

    RépondreSupprimer